détrempe

détrempe

1. détrempe [ detrɑ̃p ] n. f.
• 1304; « breuvage obtenu après délayage » 1231; de 1. détremper
Peint. Couleur délayée dans de l'eau additionnée d'un agglutinant (gomme, colle, œuf). Peindre à la détrempe. tempera (a).
Ouvrage fait avec cette couleur. Les détrempes (cf. Peinture à la colle).
détrempe 2. détrempe [ detrɑ̃p ] n. f.
• 1722; de 2. détremper
Techn. Opération par laquelle on enlève la trempe de l'acier.

détrempe nom féminin (de détremper) Technique picturale dans laquelle les couleurs sont broyées à l'eau, puis délayées au moment de peindre avec de la colle de peau tiède ou de la gomme. Peinture ainsi préparée. Œuvre exécutée avec cette peinture. (Détrempe et tempera ont été, avec la fresque, les techniques de peinture artistique en usage jusqu'à l'adoption de la peinture à l'huile, aux XVe-XVIe s.) Phénomène de solubilisation partielle du liant d'une peinture déjà sèche lors de l'application, dans un trop bref délai, d'une nouvelle couche. Préparation d'une pâte, qui consiste à faire absorber à de la farine une quantité déterminée de lait, d'eau ou d'œuf. ● détrempe (synonymes) nom féminin (de détremper) Technique picturale dans laquelle les couleurs sont broyées à l'eau...
Synonymes :
- peinture à la colle
détrempe nom féminin (de détremper) Action de détremper un acier.

détrempe
n. f.
d1./d PEINT Pigments délayés dans de l'eau et additionnés d'un liant et d'un fixatif.
d2./d OEuvre exécutée avec cette préparation.
————————
détrempe
n. f. TECH Opération qui détruit la trempe de l'acier.

I.
⇒DÉTREMPE1, subst. fém.
A.— [Correspond à détremper1 A p. anal. ou au fig.]
1. [L'idée dominante est celle d'un corps solide soumis à l'action de l'eau] :
1. On me nettoyait hebdomadairement à la maison. ... On m'avait fourbi le samedi; le dimanche on me passait à la détrempe; ma mère me jetait des seaux d'eau, en me poursuivant comme Galatée, ...
J. VALLÈS, Jacques Vingtras, L'Enfant, 1879, p. 127.
2. [L'idée dominante est celle du ramollissement intervenant lorsque l'on détrempe qqc.] :
2. — Soigne-le, dit la foule, tanne-le! Heureux d'obéir, « maître rageur » le soigna, le tanna comme un vrai mégissier, et quand « Cuir-Tanné », qu'une pareille détrempe à l'écorce de chêne avait amolli singulièrement, eut assez mangé de poussière (...) le rude ouvrier (...) se mit sur pattes, ...
CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 335.
B.— [Correspond à détremper1 B 1] ART CULIN. Mélange de farine et d'une substance liquide :
3. ... passez au tamis un litron de farine, séparez-en le quart, que vous disposez en fontaine, mettez au milieu trois gros de bonne levure et un peu de crème tiède, délayez ce mélange en y joignant peu à peu la farine. Rassemblez, bien mollette, cette détrempe.
Les Gdes heures de la cuis. fr., Carême, 1833, p. 150.
Rem. Pour MONT. 1967, détrempe ,,désigne expressément le mélange de farine et d'eau servant à préparer une pâte. (...) Faire la détrempe du feuilletage``.
C.— [Correspond à détremper1 B 2] PEINT.
1. Solution colorante, obtenue à partir d'une couleur généralement détrempée, délayée dans de l'eau additionnée d'un agglutinant (colle, gomme, blanc d'œuf...) de manière à en augmenter l'adhérence. Couche à la détrempe; peindre en détrempe, à la détrempe. Un corridor où la détrempe jaune et la plinthe chocolat vous suivaient avec un acharnement paisible (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 573). On retouchait la fresque à sec, à la détrempe, c'est-à-dire avec de la peinture à l'œuf (MOREAU-VAUTHIER, Peint., 1933, p. 18) :
4. Pour peindre en détrempe une toile à l'huile, et par conséquent pour retoucher un tableau à l'huile : mêler à la détrempe de la bière...
DELACROIX, Journal, 1857, p. 128.
Détrempe commune (cf. BOUILLET 1859, BACH.-DEZ. 1882 et ADELINE, Lex. termes art, 1884). Détrempe au vernis, vernie, vernissée ou chipolin (cf. BOUILLET 1859, CHABAT t. 1 1875, BACH-DEZ. 1882 et ADELINE, loc. cit.). Détrempe à la chaux (cf. CHABAT t. 1 1875); v. aussi blanc mat, blanc de roi ou blanc Le Roi et blanc des Carmes ds BOUILLET 1859 et CHABAT t. 1 1875).
2. P. méton.
a) Peinture exécutée avec une telle solution (supra C1). Synon. peinture a tempera. Cette peinture, cette détrempe relevée d'or, s'illuminait comme d'elle-même (LA VARENDE, Homme aux gants, 1943, p. 41).
b) Procédé même de la peinture consistant dans l'emploi de couleurs détrempées, de détrempes. Pratiquer la détrempe; couleurs à détrempe; peinture à (la) détrempe, en détrempe. Synon. peinture a tempera. La détrempe est une peinture couvrante, et l'aquarelle une peinture transparente (OVIO, Vision coul., 1932, p. 208) :
5. Les peintures mixtes sont celles où l'on rencontre à la fois la détrempe à l'huile et la détrempe à l'eau.
COFFIGNIER, Couleurs et peintures, 1924, p. 674.
Rem. Pour GAY 1967, détrempe désigne ,,Toute matière à détremper les couleurs servant à la peinture``.
3. P. ext. Phénomène se produisant lorsque certains films de peinture sont étendus sur des films appliqués antérieurement mais encore humides (cf. Lar. encyclop.).
Détrempe d'une couleur sur une autre. Dans le but d'éviter [en peinture à la gouache] la détrempe d'une teinte sur l'autre, on emploie le fiel de bœuf, préalablement traité (COFFIGNIER, Couleurs et peintures, 1924 p. 568).
4. Au fig., fam., péj. [Correspond à l'emploi A 2 supra; p. allus. au fait que par la détrempe une couleur perd les qualités naturelles de pureté, d'intensité... qui font sa valeur et son intérêt] En/à la détrempe.
a) [Avec un subst. et une valeur adj.] Médiocre, sans vigueur, sans consistance, sans éclat, insipide, etc. [En parlant d'un écrivain]. Barbouilleur à la détrempe. Les cireurs de bottes des gloires à la détrempe et des statues en mie de pain (GONCOURT, Journal, 1864, p. 21).
Loc. En détrempe :
6. Nos plus grands ennemis sont les méchants poètes
...
Et leur faire énervé, leur peinture en détrempe
...
Semblent mettre en son droit le censeur goguenard
...
A. POMMIER, Crâneries et dettes de cœur, 1842, p. 20.
7. Je dois faire voir, par des succès littéraires, par des chefs-d'œuvre, en un mot, que ses œuvres [d'Eugène Sue] en détrempe sont des devants de cheminée, et exposer des Raphaël à côté de ses Dubufe.
BALZAC, Lettres à l'Étrangère, t. 2, 1850, p. 433.
Spéc. Mariage en/à la détrempe (vieilli). Union extra-légale à laquelle est donnée l'apparence du mariage. Cf. concubinage :
P. ext. Amant de ta tante, je ne suis ton oncle qu'en détrempe (RABAN, Myst. Palais-Royal, t. 1, 1845, p. 37).
b) [Avec un verbe et une valeur adv.] Médiocrement, assez mal :
8. Tant qu'il y avait de l'argent, on noçait : quand il n'y en avait pas, on dînait en détrempe, comme disait papa Crétu à cause de son état de peintre [= en mangeant du pain sec à la lecture d'un livre de cuisine].
SUE, Les Mystères de Paris, t. 4, 1842-43, p. 98.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694 et 1718, s.v. destrempe; ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1. 1231 destempre « infusion, breuvage obtenu après délayage » (GAUTIER DE COINCY, Mir., éd. F. Kœnig, II, ch. 9, 2358); 2. 1304 faire destrempre as couleurs (Trav. des chât. d'Art., A.N. KK 393, f° 24 ds GDF. Compl.); 3. 1636 « peinture faite en détrempe » (MONET). Déverbal de détremper. Fréq. abs. littér. :18. Bbg. Appellations trompeuses. Vie Lang. 1971, pp. 220-221.
II.
⇒DÉTREMPE2, subst. fém.
MÉTALL. Action de détremper l'acier (cf. détremper2); opération par laquelle on fait perdre en partie ou totalement sa trempe à l'acier (cf. recuit).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1722 « opération par laquelle on enlève la trempe de l'acier » (RÉAUMUR, Art de conv. le fer en acier, p. 155 ds DG). Déverbal de détremper2.

1. détrempe [detʀɑ̃p] n. f.
ÉTYM. 1304; « breuvage obtenu après délayage », 1231; de 1. détremper.
1 Techn. (peint.). Couleur délayée dans de l'eau additionnée d'un agglutinant (gomme, colle, œuf). || Peindre en, à la détrempe.Ouvrage fait avec cette couleur. || Les détrempes, peintures dites « a tempera ». || Détrempes de Raphaël.
1 La peinture à la détrempe, qu'on appelle aussi peinture à la colle, a été détrônée à partir du XVe siècle, bien qu'elle ait l'avantage de ne pas s'altérer, par la peinture à l'huile. Elle ne s'emploie plus guère que dans la décoration et la peinture en bâtiments.
Louis Réau, Dict. d'art et d'archéologie, art Détrempe.
2 La détrempe prête admirablement à cette simplicité d'effets, les teintes ne se mêlant pas comme dans l'huile.
E. Delacroix, Journal 1850-1854, 30 juil. 1854.
2 Techn. Phénomène qui se produit quand certains films de peinture sont étendus sur des couches encore humides. || Détrempe d'une couleur sur une autre.
3 Vx et fam. (du sens 1). || Peindre en, à la détrempe, sans vigueur, de façon médiocre.
Spécialt. (Vx et fam.). || Mariage en, à la détrempe : union non légale. Concubinage.
4 (Cuis.). Mélange de farine et d'eau pour préparer une pâte.
————————
2. détrempe [detʀɑ̃p] n. f.
ÉTYM. 1722; de 2. détremper.
Techn. Opération par laquelle on enlève la trempe de l'acier. || Désaciérer le fer par détrempe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Detrempe — Détrempe Présentation générale Histoire de la peinture Mouvements picturaux Art …   Wikipédia en Français

  • détrempe — DÉTREMPE. subst. fémin. Terme de Peinture. Couleur délayée avec de l eau et de la gomme, et dont on se sert pour peindre. La détrempe s efface aisément avec de l eau. Ce tableau n est pas peint en huile, il n est qu en détrempe. [b]f♛/b] On… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • détrempé — détrempé, ée 1. (dé tran pé, pée) part. passé de détremper1. Amolli ou délayé avec un liquide. Ces chemins détrempés par la pluie. •   Son âme dans le crime est toujours occupée, Ce n est que de la boue en du sang détrempée, TRISTAN Panthée, I, 4 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • détrempe — (dé tran p ) s. f. 1°   Terme de peinture. Couleurs détrempées avec de l eau et de la colle, à la gomme, au blanc d oeuf, sans graisse, ni résine, ni chaux. Peindre en détrempe. Peinture en détrempe.    Fig. et familièrement. Mariage en détrempe …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉTREMPE — s. f. T. de Peinture. Couleur délayée avec de l eau et de la colle, et dont on se sert pour peindre. Il se dit également de La manière de peindre avec des couleurs ainsi préparées. La détrempe s efface, s enlève aisément avec de l eau. Ce tableau …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Détrempe —  Pour l’article homonyme, voir détrempe (pâtisserie).  Détrempe La détrempe est une peinture dont les pigments sont liés pa …   Wikipédia en Français

  • DÉTREMPE — n. f. T. de Peinture Couleur délayée avec de l’eau et de la colle et dont on se sert pour peindre. La détrempe s’efface, s’enlève aisément avec de l’eau. Ce tableau n’est pas peint a l’huile, il n’est qu’en détrempe. Peindre à la détrempe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Detrempe — De|trempe* [de trã:p] die; , s <aus gleichbed. fr. détrempe zu détremper »ein , anrühren, mischen«, dies aus gleichbed. lat. distemperare> franz. Bez. für Wasserfarbe, Aquarellmalerei …   Das große Fremdwörterbuch

  • détrempé — adj. (profondément), fortement imbibé d eau, suffisamment détrempé par la pluie pour être labouré et ensemencé, (ep. du sol) : bourâ, âye, é (Saxel), bròw (Albanais, Thônes) ; molyachu, wà, wè (Albertville). E. : Humide …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Détrempe (pâtisserie) —  Pour l’article homonyme, voir détrempe.  La détrempe est un mélange à base de farine, d eau et de sel servant de base à la confection de pâtes comme la pâte feuilletée ou la pâte à choux …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”